Archives pour la catégorie ORCHIDEES D’EUROPE

SORTIE BOTANIQUE AVEC L’ASSOCIATION ORCHIDOPHILE Orchidée 91

SORTIE BOTANIQUE

AVEC L’ASSOCIATION ORCHIDOPHILE

Orchidée 91

NS Sortie Maisse 2016 (5)

En cette journée du 21 mai, il faisait beau, une fois n’est pas coutume en ce printemps très pluvieux…

Nous sommes partis de la gare de Ballancourt où un covoiturage était organisé. Nous nous sommes dirigés vers les sites de Maisse puis Bouville.

NS Listera ovata et fourmi Maisse (17)

 Fourmi sur Listera ovata

Nous étions une trentaine de personnes à participer à cette sortie. Auparavant, un petit groupe, dont je faisais partie, était parti faire un repérage pour vérifier que les sites étaient florifères.

NS Fourmis et pollinies Maisse (7)

Fourmi avec des pollinies de Listera ovata collées sur sa tête

Sur le premier site nous avons pu observer Orchis purpurea, Orchis anthropophora (homme pendu), Orchis bouc (en bouton), Ophrys aranifera, Cephalantera damasonium et quelques Orchis simia. Les pollinisateurs étaient bien présent ce jour-là ce qui m’a permis de les photographier.

NS Orchis simia et bombyle Maisse (3)

 Le déjeuner s’est déroulé, sous le soleil, dans une ambiance très agréable.

NS Aceras anthropophorum et araignée crabe Maisse (3)

 Araignée crabe sur Aceras anthropophora

Nous nous sommes ensuite rendu au sud de Maisse en plein champ pour voir des O simia et O. purpurea mais ce site avait été fauché et plus aucun fleur d’orchidée à voir…

Nous nous sommes donc rendus à  Milly-la-Forêt où nous avons pu voir d’autres espèces comme Ophrys apifera, un hybride d’Orchis purpurea x simia, Aceras anthropophora, Orchis purpurea, Himantoglossum hircinum, Orchis simia dont plusieurs étaient blancs.

   NS Orchis simia Maisse (6)

 Orchis simia

Enfin, nous avons rejoint le site de Bouville. Cependant, le champ qui accueille de nombreux Orchis purpurea avait été récemment fauché. Dans la forêt, nous avons pu observer Orchis purpurea, Orchis simia, Platanthera chlorantha, Cephalanthera damasonium , Limodorum abortivum, Ophrys aranifera et Ophrys insectifera.

NS Limodorum abortivum Maisse (8)

Fourmi sur Limodorum abortivum

On peut se poser la question sur la période de fauche car faucher pendant la floraison des orchidées les empêchent de fructifier et donc de se reproduire…Les fauches tardives recommandées ne sont pas suivies…

Pour conclure, cette sortie bien organisée et sous le soleil était très agréable comme toutes celles réalisées par cette association.

CONSERVATOIRE NATUREL DES BUYS: LA SUITE

 

CONSERVATOIRE NATUREL DES BUYS: LA SUITE

ns Puiselet juin 2016

Suite à cet article « Conservatoire naturel des Buys: un désastre »,  le représentant du Conseil départemental du 91, Conservatoire des Espaces Naturels Sensibes  a réagi. 

Il a confirmé que le site naturel des Buys était réputé pour sa grande richesse botanique mais qu’il était également soumis à un embroussaillement important dû au développement des pins (espèce non locale qui acidifie les sols).

ns Puiselet juin2016 (3)

Il a précisé aussi qu’afin de préserver la biodiversité, d’importants travaux de génie écologiques ont eu lieu: coupe des pins et débroussaillage pour restaurer des prairies à orchidées.  Les travaux n’ont pas pu être réalisé cet hiver,  les sols étant trop mous en raison des précipitations. Des précautions ont bien été prises au moment de l’intervention : les véhicules ont évité de circuler sur les 2 clairières principales à orchidées et nous avons utilisé des engins avec « pinces » pour couper et déplacer les troncs en évitant de les trainer au sol, pour limiter les ornières. Malgré ces précautions, ces travaux ont forcément un impact sur le milieu naturel. Des travaux de finition et de remise en état sont programmés dans les prochaines semaines. Puis, il faudra que le milieu naturel se rétablisse progressivement. On ne peut pas restaurer des prairies sans déboiser. Les zones qui sont riches en orchidées aujourd’hui avaient déjà fait l’objet de travaux de « réouverture » il y a quelques années.

Voici donc pour la réponse du Conseil Général, Conservatoire Départemental des Espaces Naturels Sensibles (ENS).

Nous sommes retournés mi-juin rechercher les orchidées après le retrait par des engins lourds des branchages et troncs qui jonchaient les chemins et leurs abords.

ns Puiselet juin2016 (5)

Les arbres sont donc restés entreposés deux mois, pendant la pousse et la floraison de la plupart des orchidées de ce site… Nous avons constaté qu’il y avait peu d’orchidées en fleur:

Gymnadenia conopsea, quelques Neotinea ustulata, très peu de Platanthera, toujours de nombreuses Listera ovata , un seul Ophrys insectifera et aucun hybride O insectifera x aranifera.

Des comptages ont-ils été réalisés par des associations? Par les ENS? Il serait intéressant que ces comptages soient rendus publics.

Quel espoir?

Le retrait des pins évite l’acidification des sols: indispensables sur ces prairies calcicoles.

ns Puiselet juin2016 (4)

Espérons que la repousse rapide de jeunes chênes permettra aux espèces sciaphile de retrouver de l’ombre. Espérons aussi que les racines souvent profondes des orchidées résisteront à une « certaine » dégradation en surface des sols mais des engins lourds???

Les orchidées poussent de plus en plus dans des conditions imposées par l’homme et elles ont de plus en plus de mal à s’adapter. Les sites à orchidées disparaissent bien plus que de nouveaux prospèrent…

Protéger les orchidées devraient être donc un objectif commun. A quand la concertation entre administratifs, organismes scientifiques et associations locales???

Que faire en préalable à la destruction des sites connus à orchidées (constructions particulières ou publiques, ventes de terrain…)? Que faire pour conserver les espèces ?

Faudrait-il créer des conservatoires botaniques comme il en existe pour les orchidées tropicales à l’aide d’ amateurs éclairés et/ou de scientifiques?

Il ne nous reste plus qu’à observer l’année prochaine l’évolution de la situation et nous ne manquerons pas de compter les espèces de ce beau site.

LE CONSERVATOIRE NATUREL DES BUYS : UN DESASTRE !

      NS Puiselet le marais repérage avril (8)

En avril 2016, nous sommes quelques orchidophiles venus en repérage pour une sortie future pour le mois de mai sur un site situé à Puiselet-le-marais, qui fait partie des pelouse calcicoles du Gatinais, le site des Buys.

Ce lieu possède des particularités géologique, pédologique, climatique et historique qui justifient sa richesse écologique. On y trouve de nombreuses espèces méridionales, fleurs et insectes. Cela explique l’abondance des espèces rares et protégées dans cet endroit.

NS Puiselet le marais repérage avril (6) copie

Les pelouses calcicoles présentes sur les communes de Puiselet-le-Marais et Valpuiseaux font partie du site Natura 2000 FR 1100802 « Les pelouses calcaires du Gâtinais ».

Une déforestation ancienne a conduit à la formation de pelouses calcicoles  qui ont été ensuite paturées.

NS Globulaire Puiselet le marais repérage avril (13)

Ce site est bien connu des amateurs d’orchidées sauvages et l’un des sites les plus riches de l’Essonne. Ce site protégé est entretenu par le Conseil général de l’Essonne.

NS Listera ovata Puiselay 2015 (8)

Listera ovata

Les arbres qui constituent la forêt, chênes pubescents  et pins sylvestres forment des bois clairs. Les genévriers (Juniperus communis) constituent des unités écologiques remarquables. Jusqu’à 2014, un sentier parcourait des bois où la semi-ombre créait un biotope propice aux orchidées telles que la platanthère (Platanthera chlorantha), la néottie nid d’oiseau (Neottia nidus-avis), le limodore (Limodorum abortivum), la listère ovale (Listera ovata) puis s’élargissait dans une pelouse où poussaient des Orchis pourpre (Orchis purpurea), Orchis brulés (Orchis ustulata), Ophrys araignée (Ophrys aranifera), l’Ophrys moucheron (Ophrys insectifera) ainsi qu’un hybride des deux dernières espèces mais aussi des anémones pulsatilles, hélianthèmes, primevères, globulaires…

En arrivant, nous avons été surpris par ce chemin très large où toutes les espèces qui poussaient autour de chemin était élarguées et nettoyées sur une dizaine de mètres de largeur.

NS Puiselet le marais repérage avril (10)

Nous avons observés quelques pieds de Limodore qui sortaient de terre et qui se retrouvaient donc en plein soleil alors que ces plantes sans chlorophylle poussent habituellement à l’ombre.

NS Limodore Puiselet le marais repérage avril (12)

Limodorum abortivum

En avançant dans ce qui était ensuite une pelouse, nous avons constaté le désastre: des dizaines de pins étaient abattus et gisaient sur le sol, entiers avec des nids de chenilles processionnaires prêtes à s’échapper et à conquérir de nouveaux espaces. Normalement, des pins ou leurs extrêmités où sont les nids sont brûlés sur place pour éviter toute propagation.

NS Puiselet le marais repérage avril (11)

Nous sommes tous indignés!

De plus les pins et les tas de branches étaient entreposés sur les sites  d’ orchidées (Ophrys, Plantanthère, Néottie) dont notre hybride rare d’Ophrys qui n’a aucune chance de sortir cette année…. Les traces des roues des engins venus abattre ces arbres sont très visibles et s’enfonçant dans le sol détruisent d’autant plus les plantes qui s’y trouvent.

NS Puiselet le marais repérage avril (7)

Ce site sera-t-il nettoyé et quand? En mai, les engins risquent de détruire de nombreuses plantes protégées? Et si tout reste sur place, fini les nombreuses orchidées.

Le Conseil général réfléchit-il aux solutions? A la disparition de ce site?

Le Conservatoire des E.N.S. poursuit-il  un suivi botanique annuel? Quels en seront les résultats?

NS Puiselet le marais repérage avril (9)

Autant de questions auxquelles nous espérons une réponse !

 Bibliographie :

PELOUSES CALCICOLES DU GATINAIS : SITES DES BUYS Commune de Puiselet-le-Marais, MASTER Ecologie, Biodiversité et Evolution , Camille LE NOAN juin 2005

L’EVOLUTION DES ORCHIDEES D’EUROPE

L’EVOLUTION DES ORCHIDEES D’EUROPE

Les orchidées d’Europe sont des fleurs que vous avez peut-être croisées sans vous en apercevoir. En effet, elles sont souvent discrètes, contrairement à leurs cousines tropicales. Certaines d’entre elles ont acquis au fil du temps un haut degré d’évolution.

L’histoire de leur évolution a été le sujet de ma thèse de Docteur en pharmacie en 1983 . Elle est en ligne ici.

Depuis, la recherche scientifique a fait progresser de nombreux sujets, en particulier en génétique et une actualisation est nécessaire…

Elle est en cours et sera longue!!!

fichier pdf L’évolution des orchidées d’Europe part 1

fichier pdf L’évolution des orchidées d’Europe part 2

Bonne lecture !

 

 

SORTIE A LA RECHERCHE DES ORCHIDEES SAUVAGES EN REGION PARISIENNE

A LA RECHERCHE DES ORCHIDÉES SAUVAGES

EN RÉGION PARISIENNE

Ce mardi 1er mai, nous sommes allés à la recherche des orchidées dans le sud de l’Essonne. Nous étions un petit groupe de passionnés et photographes à la recherche de ces plantes « pas comme les autres ». Certain de nos accompagnateurs avaient été en reconnaissance quelques jours avant et nous étions donc certains de les trouver.

A la lisière d’un petit bois, sur une prairie sèche, nous avons trouvé de nombreux pieds d’Orchis purpurea, l’Orchis pourpre.

Orchis purpurea

Orchis purpurea

Certains accroupis, d’autres allongés à plat ventre, avec ou sans trépied pour l’appareil photo donnaient un spectacle aussi intéressant que les orchidées…

De nombreux pieds d’Orchis bouc (Himantoglossum hircinum) et quelques autres d’Orchis homme pendu (Aceras anthropophorum) n’étaient pas encore en fleur.

En bordure de chemin, nous avons trouvé des Limodores (Limodorum abortivum) qui ressortaient bien avec leur tige violette mais qui n’étaient pas encore en fleur et de discrets Ophrys araignée (Ophrys sphegodes) bien fleuris.

Ces fleurs ne semblent pas très attirantes car leur couleur est très discrète. cependant, certains insectes s’y posent. Ces orchidées ont trouvé un moyen astucieux. Elle imitent un insecte par leur couleur, par leur forme, par la direction des petits poils et par leurs dessins. Elle vont plus loin en sécrétant les phéromones, c’est à dire les hormones sexuelles de l’insecte à qui elles ressemblent. Ainsi, l’insecte vient se poser sur l’orchidée, essaye sans succès de la féconder, la prenant pour une femelle. Par sa gestuelle, il arrive sous les sacs polliniques, les pollinie qui viennent se coller sur sa tête. En allant se poser sur une autre fleur, il la féconde involontairement.

Ophrys sphegodes

Ophrys shegodes

Un autre Ophrys, O insectifera nous attendait, plutôt bien cachéau fond d’une clairière. Mais…nous l’avons trouvé ! Attention! la fleur fait tout au plus 15 mm de haut…

Ne dirait-on pas un insecte avec de longues antennes ?

Ophrys insectifera

Ophrys insectifera

Dan la forêt, de nombreux pieds d’Orchis bouc  et de Plathantère (Plathanthera bifolia) ne portaient encore que des feuilles. Des céphalantères blanches (Cephalanthera damasonium) commençaient tout juste à sortir de terre.  Nous reviendrons.


Mes albums récents

  • Album : CRÉATIONS MARINES
    <b>Creation-marine-3</b> <br />
  • Album : Orchidées d'Europe
    <b> orchis purpurea</b> <br />
  • Album : Mes patchworks sous-marins
    <b>tortue 55x60 </b> <br />

Catégories


TOP à l'Ouest ... The parad... |
divagations du coq et du ta... |
BOULBY & MOULFY IN NZ 2... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 19.000 km plus tard
| olivier au mexique
| pirisa s'évade