Archives pour la catégorie PLONGEES A MOOREA 2009

PLONGEE A MOOREA, 2009

PLONGEE A MOOREA, 2009

Décembre 2009, la saison n’est pas idéale pour aller en Polynésie mais c’est l’occasion que se présente. Je prends le petit avion qui m’emmène vers Moorea.

Il fait très beau et chaud. Je vais plonger au club « Top dive Moorea » très accueillant. La plongée se fait après la passe, à la sortie de la très belle baie d’Opohunohu, juste derrière la barrière de corail où les vagues brisent avec un grand vacarme.

Baie d'Opohunohu, Moorea

Peu de touristes en cette saison car c’est la saison des pluies, de plus, la conjoncture économique ne se prête pas au tourisme lointain près des hôtels hauts de gamme de Moorea.

Quatre plongeurs tout au plus sur le bateau. L’eau est calme avec quelques longues vagues de houle. Bascules arrière, et c’est…  le monde du silence. Enfin, si vous prêtez bien l’oreille, vous entendrez les poissons perroquets grignoter les coraux, croc, croc…

Poisson perroquet  Moorea 

Poisson perroquet

Descente le long de la chaîne d’ancre. Déjà plusieurs requins pointes noires nous attendent , attiré par la curiosité et la recherche d’un éventuel shark feeding.

Requin pointe noire Moorea 2009 

Requin pointe noire

Lien sur Marquage des requins à Moorea

Il y a de nombreux poissons sur le récifs et tout d’abord, de petits curieux, des lutjans qui nous suivront pendant toute la plongée.

 lutjan Moorea

C’est aussi le cas de beaux poissons papillons jaunes, probablement des nettoyeurs pour de gros animaux marins qui offrent leur service.

poisson papillon Moorea 

Chaetodon lunula

De temps en temps, un rémora aimerait se coller à nous, à l’aide de la ventouse qu’il a sur la tête, pour se faire transporter gratuitement mais le va et vient de nos jambes palmées l’empêche de se fixer et… de toutes façons… C’est bien moins confortable que le ventre d’un requin !

Rémora Moorea 

Rémora

Le récif de corail est mort. Cela a commencé en 2004, alors que les Acanthaster ont envahis le récif et mangé les coraux. Dépouillés des parties vivantes, les polypes et de leurs chères algues symbiotiques, les zooxanthelles, les coraux ont laissé des squelettes sur lesquels les algues rouges et vertes sont venues s’implanter.

Carangue, Moorea 2009 

Carangue

Il reste quelques massifs de Porites et de Pollicipora ça et là et autant d’Acanthaster en quête de quelques restes coralliens éparses.

Blanchissement du corail 

Pollicipora en cours de blanchissement

Je ne peux m’empêcher de me demander ce que deviendront tous ces poissons si tous les coraux meurent car, naturellement, leur vie est étroitement imbriquée à celle du récif.

Massif de Porites Moorea 2009

 Massif de Porites

C’est le cas des poissons papillons dont le long museau leur permet de se nourrir de polypes.

 Poisson pincette Moorea 

Poisson pincette

C’est aussi le cas des poissons perroquets qui ingèrent les polypes ainsi que le squelette du corail dur et l’excrètent sous forme de sable. A les voir faire lorsqu’ils crottent, on dirait des avions qui larguent des bombes.

Ce qui est rassurant, c’est que j’ai croisé pendant une plongée une belle coquille de triton vivant (Charonia tritonis).

Triton Charonia tritonis Moorea 2009 

Charonia tritonis

Cette coquille tant appréciée pour sa beauté rend cet animal rare. Pourtant, c’est le principal prédateur de l’Acanthaster.

Acanthaster 

Acanthaster

Un autre coquillage, plus fréquent celui-là, c’est la troque ou Troca.  Sa grosse coquille épaisse sert à fabriquer des bijoux en nacre.

Troque Moorea 

Troque

Il y a de nombreux balistes, bleus, verts, ou le gros baliste titan dont les gros yeux tournent à la manière de ceux d’un caméléon.

Baliste bleu Mooréa 2009

 Baliste bleu

Baliste Moorea 

Baliste sp

Les tortues sont nombreuses à Moorea et sont présentes à chaque plongée. Elles ne paraissent pas effrayées par le plongeur, très occupées à se procurer leur nourriture dans le récif.

tortue Moorea

Tortue Moorea

Les requins pointes noires croisent et recroisent devant nous .  Oui, on vous a vu !

Requin pointe noire Requin pointe noire

Sous les plateformes d’Acropora morts, de nombreux poissons se cachent , en particulier, les poissons gros yeux, de couleur rouge, qui sont habitués à l’obscurité et dont la couleur ne se voit pas sous ces surplombs, ici, c’est l’éclairage du flash.

 Poisson gros yeux Myripristis sp 

Myripristis sp

Poisson gros yeux

C’est aussi le cas de quelques rascasses volantes qui se reposent pendant la journée et qui partent en chasse la nuit.

Pterois Moorea 

Pterois sp

D’autres poissons, comme le poisson épervier, vivent la plupart du temps posés sur les coraux. Très reposant, n’est ce pas ?

Poisson épervier Moorea 2009

 Poisson épervier

Certains ont pris le parti de se montrer par une couleur très voyante, le jaune. C’est le cas du poisson trompette de forme très allongée et qui n’hésite pas à se mettre en position verticale, dès fois qu’on le prenne pour une branche de corail…

Poisson trompette Moorea 2009 

Poisson trompette

Les poissons chirurgiens sont communs à Moorea et il y en a plusieurs espèces. Les nasons sont des chirurgiens qui se retrouvent fréquemment en banc.

Sous les tables d’Acropora, ils sont stationnaires en train de se faire nettoyer par quelques petits poissons bleu fluo. Je crois que je n’ai jamais vu autant de stations de nettoyage que sur le récif de Moorea.

Poisson chirurgien Moorea 2009 

Nason noir

D’autres poissons chirurgiens sont plus fuyant devant le plongeur. C’est le cas du beau Nason à éperons oranges (Naso lituratus) Les pointes de couleur orange à proximité de la queue sont des couteaux coupant comme des lames de scalpel, d’où son nom de poisson chirurgien.

Poisson chirurgien 

Naso lituratus

Les mérous tachetés sont aussi nombreux.

Ils se poussent à peine au passage du plongeur.

Mérou Mooréa 2009 

Mérou

Merou et mimétisme Moorea 

Mérou

Mérou Moorea 

Mérou

Les plongées sur Moorea sont terminées. Elles étaient riches en couleurs, en espèces de poissons coralliens et en requins.

Par contre, une très grande proportion du récif est mort. Il faudra environ vingt ans pour qu’il se régénère, si toutes les conditions physiques, chimiques et climatiques lui sont favorables. 

VIDEO REQUINS POINTES NOIRES A MOOREA


Mes albums récents

  • Album : CRÉATIONS MARINES
    <b>Creation-marine-3</b> <br />
  • Album : Orchidées d'Europe
    <b> orchis purpurea</b> <br />
  • Album : Mes patchworks sous-marins
    <b>tortue 55x60 </b> <br />

Catégories


TOP à l'Ouest ... The parad... |
divagations du coq et du ta... |
BOULBY & MOULFY IN NZ 2... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 19.000 km plus tard
| olivier au mexique
| pirisa s'évade