Archives pour la catégorie LA RESERVE DE LOKOBE

LA RESERVE DE LOKOBE

LA RESERVE DE LOKOBE

Makis Nosy Bé

Pour aller à la réserve de Lokobé de notre hôtel d’Ambatoloaka, il nous faut prendre le minibus.

 pour la réserve de Lokobé

Arrivé à la plage d’Ambatozavavy, il nous dépose et nous marchons dans la mangrove.

Nosy Bé pirogues à marée basse

C’est marée basse.

Mangrove Nosy Bé

Nous découvrons les crabes violonistes minuscules, de deux à trois centimètres qui se réfugient dans leur trou à notre passage. Une de leur pince orange et blanche est énorme, paraissant disproportionnée. Ils l’utilisent, entre autre, pour creuser et nettoyer leur trou.

Nosy Bé crabe de mangrove

Il y a aussi nombreux coquillages échoués le long de la plage. 

Marée basse Nosy Bé

Les palétuviers laissent apparaître leur racines dressées. Leur fruits sont de grandes et longues gousses. Lorsqu’elles tombent à marée basse, elles se fichent dans le sable et germent. A marée haute, elles flottent à la surface de l’eau et vont ainsi coloniser de nouveaux territoires.

Nous embarquons sur les pirogues qui nous attendent.

En pirogue Nosy Bé

Par groupe de quatre par pirogue, il nous faut ramer pour mériter la réserve. Arrivés sur la plage à l’entrée de la réserve, nous nous préparons; pantalon, manches longues (il fait 30°C), anti-moustique, chaussures adéquates, eau et bien sûr, l’appareil photo.

Nous traversons un petit village traditionnel où sont suspendus des nappes brodées .

Nappes brodées Nosy Bé

Bientôt, notre guide nous montre un caméléon, d’un vert très « chlorophylle », il peut se camoufler dans les plantes alentour.

Nosy Bé caméléon

Sa femelle est tout prêt aussi discrète parmi les plantes, elle est orange et noire.

Madame caméléon Nosy bé

Nous nous enfonçons dans la forêt. De toutes petites grenouilles sautent, très colorées. Celles-ci ne sont pas venimeuses contrairement à leurs cousines des forêts d’Amérique du Sud.

grenouille,  Lokobé

Un gros boa est suspendu dans des branches et rampe lentement. Sur les troncs d’arbres les lézards sont nombreux.

Lézard Nosy bé

Un bel oiseau rouge se pose près de nous. Vue fugace…

Dans les arbres, des makis courent , sautent, regardent de leurs grands yeux ces intrus de la forêt que nous sommes.

Maki , Lokobé

Un lémurien aux yeux rouges nous observe

Maki Nosy bé

Une chouette dort sur une branche.

Chouette Lokobé

Nous croisons plusieurs araignées aux formes étranges, une araignée crabe, une autre très poilue, une troisième sur sa toile mesure près de douze centimètres avec ses pattes étalées.

Araignée Nosy bé

Le long du chemin, des pieds de vanille ont été plantées pour faciliter la récolte. A l’ombre, ces orchidées poussent comme des lianes le long de tuteurs. Les fleurs sont pollinisées par la main de l’homme, faute d’insecte pollinisateur (il vit au Mexique) puis donnent des fruits, les gousses de vanille, vertes puis jaunes. Récoltées, elles seront plongées dans l’eau chaude selon plusieurs manipulations précises en temps et en température pour exhaler le parfum de vanille que nous connaissons.

Au retour de la visite, nous nous installons à table devant un magnifique repas préparé par des élèves de l’école hôtelière de Nosy Bé. Crabes, salades composées, poisson, brochettes de crevettes et brochettes de zébus, nous sommes gâtés.

Un arrêt pour faire quelques achat de nappes ajourées brodées, masques rituels, pirogues miniatures, bracelets en corne de zébu et nous embarquons pour le retour.

Artisanat Nosy Bé

C’est marée haute. Plus besoin de marcher dans la mangrove ou sur la plage. Par contre, il va falloir ramer plus longtemps…

Marée haute Nosy bé

Nous retrouvons le minibus qui nous ramène à l’hôtel.


Mes albums récents

  • Album : CRÉATIONS MARINES
    <b>Creation-marine-3</b> <br />
  • Album : Orchidées d'Europe
    <b> orchis purpurea</b> <br />
  • Album : Mes patchworks sous-marins
    <b>tortue 55x60 </b> <br />

Catégories


TOP à l'Ouest ... The parad... |
divagations du coq et du ta... |
BOULBY & MOULFY IN NZ 2... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 19.000 km plus tard
| olivier au mexique
| pirisa s'évade