Archives pour la catégorie LES CARAIBES

BONAIRE – INFO VOYAGEURS

 

Info voyageurs BONAIRE

icone soleilMétéo

Ces chiffres sont une moyenne sur plusieurs années et ne seraient être la vraie réalité de chaque mois

janvier

 

février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre

décembre

 nuageux  soleil  soleil  soleil  soleil  soleil  nuageux  soleil  nuageux  orageux  pluie  pluie

 

Température de l’air

janvier

février

mars

avril

mai

juin

juillet

août

septembre

octobre

novembre

décembre

28°-29°

28°

28°

29°

30°

30°

30°-31°

31°

31°-32°

31°

31°

29°-30°

 

Précipitations en mm

Janvier

 

février

mars

avril

mai

juin

juillet

août

septembre

octobre

novembre

décembre

53

 

21

9

13

9

12

27

15

29

62

96

54

 

Température de l’eau

Janvier

 

février

mars

avril

mai

juin

juillet

août

septembre

octobre

novembre

décembre

26.5°

 

26°

26.5°

27°

28°

28.5°

28.5°

29°

29°

29.5°

28.5°

27.5°

 

Quand partir à Bonaire ?

 

- Soleil et plage : de janvier à juin

 

- Plongée : toute l’année

 

Santé

 

Recommandation aux voyageurs

 

Lien avec le site de l’Institut Pasteur

Chikungunya : Infection virale transmise par les moustiques Aedes infectés.

Dengue : Infection virale transmise par les moustiques Aedes infectés.

Hépatite A ; Infection virale transmise par l’eau et les aliments contaminés.

Ensemble du pays : Risque d’hépatite A

La vaccination est recommandée pour les voyageurs effectuant un séjour dans des conditions d’hygiène précaire. Elle est particulièrement recommandée chez les personnes souffrant d’une maladie chronique du foie ou de mucoviscidose. Les personnes qui ont déjà été infectées sont protégées. Un examen sérologique (recherche d’anticorps de type IgG) pratiqué avant la vaccination permet de déterminer si le sujet est protégé ou non. Cet examen a un intérêt pour les personnes ayant des antécédents d’ictère, ayant passé leur enfance en zone d’endémie ou nées avant 1945.

Typhoïde : Infection bactérienne transmise par l’eau et les aliments contaminés

Ensemble du pays : Risque de typhoïde

La vaccination est recommandée pour les voyageurs effectuant un séjour prolongé ou dans de mauvaises conditions, dans le pays, mais ne se substitue pas aux mesures de précaution vis-à-vis de l’eau, des aliments, ni au lavage des mains.

Zika : Infection virale transmise par les moustiques Aedes qui piquent habituellement le jour. Il existe également une

transmission par voie sexuelle.

Ensemble du pays : Risque de Zika

Protection contre les piqûres de moustiques (voir la fiche conseil). Rapports sexuels protégés. Il n’y a pas de vaccin disponible.

Eau potable : dans tous les hôtels, l’eau du robinet est potable.

Trousse à pharmacie :

- antalgique et antipyrétique

- antiémétique si nécessaire (pour le mal des transports)

- répulsif contre les moustiques

- produit pour imprégner les moustiquaires et les vêtements

- crème pour les brûlures

- pansements stériles et sutures adhésives

- antiseptique cutané

- antibiotique à discuter avec le médecin

- dosettes de sérum physiologique (unidose)

- crème écran solaire (indice de protection maximal)

icone douane  Douane

Passeport en cours de validité pour un séjour de moins de 3 mois.

Carte d’identité

Taxes et droits de douane

Monnaie

Le 1er janvier 2011, Aruba et Bonaire ont adopté le dollar américain (USD)

Sécurité

Il n’y a pas de problèmes de sécurité majeurs à Bonaire. Cependant, il est conseillé de ne pas porter de signes ostentatoires de richesse pour éviter de tenter les délinquants.

Recommandation : l’inscription sur le site français gouvernemental « Ariane » est une sécurité

 Lien vers: Plongées à Bonaire

 

 

 

PLONGEES A BONAIRE

 PLONGEES A BONAIRE

Conseils et avis de l’agence Nature Plongée

5/5

Hébergement au Buddy dive center

5/5

Restauration

4/5

Possibilité de cuisiner local

1/5

Transports : location de voiture

5/5

Club de plongée Buddy dive center

5/5

Qualité des plongées

5/5

???????????????????????????????

Nous sommes partis de France en janvier 2017 par un froid bien désagréable (-4°C) pour rejoindre les Antilles… Nous avons choisi comme agence Nature Plongée qui proposait des prix très attrayants.

Pour aller à Bonaire dans les Antilles Néerlandaises, nous avons pris un vol vers Amsterdam puis vers l’île d’Aruba pour enfin se poser sur la petite île de Bonaire. Un voyage de 12 heures…

bonaire

Cette île de moins de 300 km2 est située tout au Sud de l’arc antillais et au nord du Venezuela. Les touristes, en particulier les plongeurs, y sont nombreux dans les « resorts » aménagés pour eux en bord de mer.

???????????????????????????????

L’hébergement

Notre « resort » est le Buddy dive center situé à proximité de la capitale Kralendijk.

Les chambres, (nous avions un studio), sont spacieuses. La cuisine est aménagée avec un grand frigo, plaques de cuisson, micro-onde, cafetière, vaisselle…mais rien côté alimentaire, il faut donc tout acheter. Une grande chambre avec de beaux rangements et une grande télévision. La salle d’eau est aussi spacieuse avec gel douche et shampoing, serviettes changées tous les jours.

Premier soir: écouter le bruit des vagues et observer les étoiles, il fait nuit, 26°C.

Le lendemain, nous décidons d’aller faire des courses pour cuisiner local le midi, le soir, nous dînerons au restaurant. Déception, les supermarchés vendent des produits européens et américains et nous n’avons pas envie d’en acheter pour cuisiner. Ce sera donc sandwich le midi.

Le petit déjeuner est copieux avec fruits (pastèque, papaye, ananas et melon), charcuterie et fromages , œufs et plats chauds, pains et viennoiseries.

En 30 seconde, nous sommes en bord de mer. Quelques iguanes errent à proximité de l’hôtel le midi en plein soleil.

???????????????????????????????

Les plongées

Nous avons pris un forfait « plongées illimitées »+ plongée bateau une fois par jour.

Le club possède des bouteilles de 10 litres et de 12 litres air et nitrox. De toutes façons, c’est le même prix mais bien sûr, pour le nitrox, il faut montrer les papiers correspondants.

Tout est très bien organisé pour les plongeurs:

Plongées du bord illimitées, ça veut dire toute la façade ouest de l’île où les sites sont balisés le long de la route par de grosses pierres jaunes à l’entrée du parking et par une bouée jaune dans la mer, bien visible. Nous avons une carte donné par le Buddy dive center où toutes les plongées sont indiquées.

Donc, les plongées du bord, ça veut dire avec voiture, bien sûr comprise dans le forfait.

Nous avons un pick up loué au centre de plongée qui peut recueillir 4 bouteilles de 12 litres à l’arrière.

???????????????????????????????

C‘est parti! Nous chargeons 2 bouteilles de 12 litres , prenons notre équipement de plongée et nous partons vers le sud. Nous nous arrêtons à l’emplacement marqué « Pink beach ».

???????????????????????????????

La mise à l’eau semble facile. Attention, sur toute cette île, il vaut mieux avoir de bons chaussons de plongée.

Il n’y a pas de plages de sables fin mais du corail cassé très inconfortable avec des chaussons classiques et douloureux sans chaussons et qui pourrait blesser. Et les pieds, c’est très sensible !!!

Un reste de récif battu par les vagues à passer, des vagues qui nous déstabilisent, ça va… Mais avec l’appareil photo, c’est plus difficile. Finalement, même pas mal! C’est passé! 

???????????????????????????????

Rapidement, le fond sableux laisse place au tombant qui descend à un angle d’environ 60°, donc une descente rapide. Nous nous arrêterons systématiquement vers 18-20 m car la plupart des poissons et des coraux sont là entre 8 et 20 mètres. Notre allure calme, la faible profondeur et l’absence de courant nous permettent de faire des plongées d’une heure parfois plus.

???????????????????????????????

Les premiers mètres du tombant sont peuplés par des gorgones, coraux mous, animaux constitués comme les coraux durs par des polypes qui se nourrissent de petits animaux planctoniques. Leur souplesse leur permet de se courber sans casser, eux qui sont en proie à l’assaut des vagues et au ressac.

???????????????????????????????

Quelques mètres en dessous, les gorgones disparaissent pour laisser place aux coraux durs, les madrépores qui peuplent l’essentiel du récif. Les éponges sont aussi présentes mais en bien moindre quantité que les coraux.

Les coraux du genre Porites sont très souvent peuplés de vers spirobranches qui étalent leur panaches de branchies très colorés, un régal pour les photographes. On peut les approcher assez près sans qu’ils rentrent leurs panaches.

???????????????????????????????

Par contre, moins fréquents, les vers du genre Sabelle sont plus farouches et les photos rapprochées sont moins faciles.

???????????????????????????????

Les poissons perroquets sont très nombreux à la fois en espèces et en quantité. Ils se nourrissent des algues qui poussent sur les coraux morts et le substrat et participent amplement à la bonne santé du récif.

Poisson perroquet Bonaire LR (5)

Leur bec crochu semblable à celui d’un perroquet entame le corail. Ils rejettent les coraux broyés sous forme de sable.

???????????????????????????????

On estime que la production de sable des poissons perroquets peut aller de 100 kilogrammes à deux tonnes par an selon la taille des poissons perroquets.

Poisson perroquet Bonaire LR (4)

D’autres poissons passent près de nous comme les splendides poissons anges français et royaux, les poissons papillons, les poissons chirurgiens et les balistes. Ici, les poissons sont habitués aux plongeurs qui sont respectueux de l’environnement et sont peu farouches.

???????????????????????????????

Sur le fond de sable, sur une profondeur de 4 mètres, nous avons croisé un grand barracuda territorial qui nous a dit (traduction de son regard direct…) : ici, c’est mon territoire, fait un détour! Donc, nous avons fait un détour…

Barracuda Bonaire LR (1)

En plongée, il y a ceux qui survolent le récif et qui palment plusieurs mètres au dessus. Nous, nous aimons regarder sous les surplombs, les trous. Nous avons trouvé des murènes, des poissons serpents.

???????????????????????????????

En regardant bien nous avons observé beaucoup de vie en communauté chez les poissons. Deux labres d’espèces différentes qui nagent ensemble, un poisson serpent qui fouille le sol suivi de près par une carangue et un labre créole et de très nombreuses stations de nettoyage. Elles sont tenues par des poissons ou des crevettes qui sont tour à tour médecin, dermato, ou masseurs.

Parmi les Crustacés, nous avons vu une cigale de mer. Elle a la même taille qu’une belle langouste mais ces antennes sont aplaties en forme de palette.

???????????????????????????????

Ces nettoyeurs sont souvent voyant permettant aux poissons dans le besoin de rapidement cibler la station: crevettes à longues antennes, à pinces bleues, des blennies jaune d’or et brillantes, des girelles jaunes, tout ce petit monde attend ses hôtes pour effectuer une tache de soins qui soulage les poissons et qui les nourrit en retour.

Enlacé dans des gorgones, un hippocampe se laisse aller au gré du ressac.

Hippocampe Bonaire LR (4)

En regardant encore de près, dans les trous laissé par des vers spirographe, nous avons vu de petites blennies de 1 à 3 cm qui happaient les particules en suspension. Leurs gros yeux, leurs grosses lèvres et leurs excroissances sur la tête leur donne un air surprenant d’extraterrestre.

Dans un fond de 3 mètres, nous avons observé le poulpe qui ornait son entrée de deux belles coquilles de lambi et qui nous regardait de derrière ses bras et ses puissantes ventouses.

Nous avons aussi rencontré les tarpons, poissons jeunes de 50 à 70 cm néanmoins impressionnants avec leur mâchoire inférieure proéminente et leur grandes écailles caractéristiques. Ces prédateurs peuvent vivre en eau douce et se retrouvent dans le delta de l’Amazone.

Tarpon Bonaire LR (2)

Nous avons fait d’autres plongées du bord, devant le club de plongée, dans le Nord à « 1000 steps » avec 57 marches à descendre et remonter, impressionnant mais pas si terrible, et à « Tolo », avec un accès facile à la mer.

La plongée du bateau ( 15 plongeurs par bateaux en général) nous à emmener à Klein Bonaire, une ile déserte à côté de Bonaire et face au club donc 15mn de bateau et aussi sur un site au nord de Bonaire inaccessible en voiture. Nous y avons vu en plus des espèces déjà vues, une grande raie manta  qui volait au dessus de nous à faible profondeur et plus bas, une raie aigle et aussi, une grande pastenague.

Lors d’une autre plongée bateau, nous avons visité une épave. L’hélice est très coloré par les éponges.

???????????????????????????????

A terre, comme tout plongeur qui se respecte, le punch ou le planteur au coucher de soleil était de rigueur tous les soirs, bien évidemment !

???????????????????????????????

En comparant les fonds marins de Bonaire avec ceux que je connais de Guadeloupe, Dominique et Martinique, j’ai noté de grandes différences:

Les proportions d’animaux fixés sont très différentes: Bonaire, ce sont d’abord des coraux alors que dans les autres îles, les éponges dominent. En fait, les coraux qui étaient présents ont été détruits et remplacés par les éponges moins fragiles mais qui commencent à ressentir les effets de la pollution ( je parle de Guadeloupe, Dominique et Martinique).

Par ailleurs, nous n’avons rencontré que très peu de Pteroïs. c’est une bonne chose pour l’équilibre marin. Il est à noté que le restaurant propose au plongeurs qui pêchent ces Pteroïs de les accommoder pour un délicieux repas! Le matériel pour chasser ce poisson venimeux est remis au plongeur chasseur.

???????????????????????????????

Donc Le récif de Bonaire est en bien meilleure santé que dans les autres îles. De même avec les très nombreux poissons.

Bonaire terrestre

C’est une île sèche, très sèche et avec beaucoup de vent, donc, la végétation… est très pauvre. Les cocotiers plantés se portent mal, trop de vent pour eux et pas de sable pour accrocher les racines. Au sud, des marais salants produisent du sel et les grands tas de sel sont immenses à coté de nos marais salants que je connais en France.

Des lacs sont souvent peuplés de flamants roses et nous en avons vu fréquemment.

???????????????????????????????

Nous avons cherché les ânes sauvages mais nous n’en avons vu que deux dans le nord.

???????????????????????????????

Il y a avait de nombreux oiseaux, frégates, pélicans et sternes vus uniquement en vol, hérons et grandes échasses. De petits oiseaux jaunes et orangés, des perroquets verts…et les gravelots qui se promenaient aux alentours du club de plongée et du restaurant…

???????????????????????????????

Cette île est sèche mais en février, saison sèche, nous avons eu de la pluie presque tous les jours.  L’eau traverse le sol calcaire et crée un réseau de rivières sous-terraines. Les grottes sont nombreuses et nous en avons visitées deux. Nous avons eu le loisir de se baigner dans l’une d’elle.

???????????????????????????????

Côté architecture, nous avons apprécié les maisons colorées et soignées. Nous avons remarqué une île très propre.

???????????????????????????????

 lien vers: Bonaire Info voyageurs

lien vers Art naïf antillais

PLONGEES A MALENDURE, GUADELOUPE

PLONGEES A MALENDURE, SUR LES ILETS PIGEON,

GUADELOUPE

Je suis allée de nombreuses fois plonger le long des ilets Pigeon à Malendure sur la côte ouest de la Guadeloupe.

Situés environ 10 mn en bateau du rocher de Malendure, ces ilets accueillent coraux, éponges géantes, comatudes et de nombeux poissons dont hippocampes, carangues, poissons trompettes et autres poissons perroquets. La vie luxuriante est liée à la présence de ces ilets et de nombreuses sources chaudes d’origine volcanique qui apportent de nombreux sels minéraux.

Cet endroit mérite bien d’être classé « réserve » car la faune et la flore qui s’y sont installées méritent d’être préservées.

Les sels minéraux de l’eau de mer proviennent des sources chaudes mais aussi des rivières de la côte tout proche. Cette eau attire les petits animaux planctoniques qui s’en nourrissent . C’est le début de la chaine alimentaire et tout le récif vit en interdépendance.

Ici, on constate la grande diversité et richesse des animaux filtreurs. Ce sont tout d’abord les éponges, certaines sont géantes comme Xestospongia.

Eponge Xestospongia Guadeloupe 

D’autres sont violettes et s’associent aux gorgones.

 Eponges violettes Guadeloupe

Beaucoup forment de grands tubes jaunes ou orange et vivent en groupe comme Aplysina.

Eponges Aplysina Guadeloupe

Certaines sont fluorescentes. D’autres encore accueillent dans leurs pores de petites anémones. Ces dernières profitent de la place bien exposée, des courants créés par l’éponge à l’aide de ses minuscules cellules ciliées.

Eponges et anémones associées Guadeloupe 

On pourrait croire qu’elles empêchent l’éponge de se nourrir en obturant ses pores mais elles jouent un rôle dans la rigidité de l’éponge en l’améliorant. Cette association est donc bénéfique pour chacun des partenaires. C’est une symbiose.

Les éponges sont constituées de fibres, la spongine, ainsi que de spicules siliceux ou calcaires qui leur donne leur rigidité.

Fibres spongine Eponge Guadeloupe

D’autres animaux, eux aussi peu évolués, sont très nombreux et variés dans ces eaux caraïbes. Ce sont les cnidaires, les coraux et gorgones.

Les coraux sont nombreux et variés.

Corail cerveau de Neptune Guadeloupe 

Certains sont proches de la surface, dans quelques centimètres d’eau. Ils sont épais pour résister aux vagues et à la houle, les cornes de cerf.

Corail corne de cerf Guadeloupe

 D’autres sont très ramassés et n’offrent pas de prise aux vagues comme ces coraux hémisphériques que sont les cerveaux de Neptune du genre Meandrina. Il y a aussi les Porites qui portent souvent les empreintes des poissons perroquets.

Parmi les gorgones, celles qui ressemblent à un éventail « Ventalina » sont souples et ondulent dans la houle et le courant.

Gorgone Guadeloupe 

Les petits polypes qui la constituent piègent les particules planctoniques et s’en nourrissent. Ce sont donc des animaux carnivores.

Il y a aussi d’autres animaux dans le grand groupe des Cnidaires, ce sont les hydraires. Ces petits animaux discrets sont partout, sur les gorgones, sur les algues, souvent aussi sur les épaves. Ils sont particulièrement uritcants, on les appelle d’ailleurs « ortie de mer ».

Hydraires urticants Guadeloupe 

Mais le plus urticant, même brûlant, c’est le corail de feu. De couleur jaune verdâtre, on le reconnais à ses terminaisons blanches. En regardant de près, on voit bien les dards qui rentreront dans la peau du plongeur imprudent qui s’y accroche.

Corail de feu Guadeloupe

Les anémones de mer font partie de ce grand embranchement d’animaux urticants que sont les cnidaires. Il y en a aussi de nombreuses espèces. Elles sont carnivores.

Anémone Guadeloupe

Sur les trois photos qui suivent vous pourrez observer une anémone qui se referme sur sa nourriture (on lui a donné un reste de sardine).

Anémone étallée Guadeloupe

Anémone se referme sur sa nourriture Guadeloupe

Anémone refermée Guadeloupe

Il y a de nombreuses comatules, cousines des étoiles de mer mais qui ont des bras beaucoup plus fin et plumeux. Etalées comme des fleurs, elles attrapent les petits animaux planctoniques qui passent à leur portée. Dans le même embranchement, les Echinodermes, c’est à dire ceux qui ont des épines sur la peau, il y a les oursins diadèmes, aux piquants très acérés qui sont venimeux.

Oursin diadème Guadeloupe

En ce qui concerne les piqûres d’oursins, voici un truc : pour retirer un morceau de piquant d’oursin fiché dans la peau, rien de tel que de l’huile d’olive et du citron.  Le citron va dissoudre le calcaire du piquant et l’huile d’olive lui permet de le sortir de la peau, en le faisant glisser. Ca marche très bien et ces produits sont toujours facile à trouver. N’oubliez pas de désinfecter la plaie car la mer est pleine de bactéries.

Retournons aux Echinodermes. Nous trouvons dans ce grand groupe les concombres

de mer ou holothuries.

Holothurie Guadeloupe 

Ils vivent posés sur le sable qu’ils filtrent. Ce sont donc des animaux certes assez laids mais très utiles.

Holothurie Guadeloupe

J’ai observé peu d’étoiles de mer mais des « gorgonocéphales ». Sous ce nom très barbare, se cache des animaux nocturnes qui déploient leur bras gigantesques comme un grand filet de pêche ou encore une toile d’araignée toujours pour filtrer les particules planctoniques dont elles se nourrissent.

 Gorgonocéphale Guadeloupe

 Il y en a des blancs, jaunes, oranges, marrons. Pendant la journée, ils sont refermés sur eux mêmes.

Gorgonocéphale Guadeloupe

Il y a aussi cet embranchement plus familier que sont les Crustacés. Cigales de mer et langoustes sont assez communes.

Cigale de mer Guadeloupe

Langouste Guadeloupe

Il y a aussi, si l’on regarde bien, de petites crevettes dont les jolies pinces bleues attirent le regard. Elles sont souvent cachées dans les anémones de mer urticantes du genre Bartolomea mais elles sont immunisées. Ce sont des nettoyeuses qui attendent le poisson demandeur.

Crevette et anémone Guadeloupe

Caché dans une comatule, un petit crabe Inachus attend le reste de nourriture de celle-ci. En attendant, il se protège des prédateurs dans ses bras non urticants.

Crabe Inachus dans comatule

Aux Antilles vivent de nombreux mollusques comme le lambi, très connu pour sa belle coquille et pour la cuisine créole qui lui est associée.

Coquilles de lambi Guadeloupe

Lambi Strombus gigas Guadeloupe

Yeux du lambi Guadeloupe

Sur les gorgones, d’autres petits mollusques se nourrissent des polypes, ce sont les monnaies caraïbes . Il y en a principalement deux espèces, Cyphoma gibbosum et Cyphoma signatum.

Monnaie caraïbe Guadeloupe

Monnaie caraïbe Guadeloupe

Les poissons coralliens abondent. Ils sont très colorés. Les poissons perroquets sont très variés. Leurs couleurs sont éclatantes, allant du rose vif au vert pomme et turquoise chez le même poisson.

Poisson peroquet Guadeloupe 

Il passent leur temps à croquer le corail à l’aide de leur bec de perroquet et à l’excréter en nuage de sable. D’autres espèces de perroquets sont plus discrètes, rouge, marron et gris noir.

Poisson perroquet endormi Guadeloupe

Des balistes orange et le poisson lime bleu nagent autour du récif. Certains poissons de haute mer sont fréquemment rencontrés autour de ce récif comme les carangues.

En s’approchant, on peut voir des hippocampes, très territoriaux.

Hippocampe Guadeloupe

Sous les surplombs, ce sont les cachettes des « poissons rouges » poissons gros yeux, habitués à l’obscurité, dont le rouge n’est plus visible sous ces surplombs ce qui leur permet de ce cacher.

Myripristis sp Guadeloupe

Parmi mes préférés, il y a le poisson ange français (cocorico).

Poisson ange français juvénile Guadeloupe

Playa Del Carmen

PLONGEES A PLAYA DEL CARMEN AU MEXIQUE

Et pourquoi pas le Mexique ?

C’est vrai, nous devions partir pour Nosy Bé, île de Madagascar, en cette semaine, à cheval sur les mois de mars et d’avril 2009 mais, compte tenu des évènements politiques actuels, nous nous sommes reportés sur le Mexique, vite fait bien fait, grâce à nos deux GEO, Daniel et Tonio.

Playa del Carmen est une destination très touristique. L’hôtel Colibri est situé en bordure de plage et le club de plongée Phocéa, mené par Didier et Martine nous réserve un excellent accueil.

Gorgones dans le courant

Le bateau de plongée n’est pas très grand mais nous avon quand même la place de nous habiller. Par contre, il roule beaucoup car la mer est formée.

Dans cette région, il y a du vent et du courant. Les gorgones s’inclinent sous le courant.

Poisson ange gris

Ce poisson ange gris est très calme devant des plongeurs qui le contemplent à distance.

Poissons ange français_Playa del carmen

Deux poissons ange français nagent paisiblement tandis que nous palmons dans le courant avec beaucoup plus de difficultés.

Banc de poissons grogneurs

Les poissons grogneurs vivent en bancs souvent très compacts. Ils semble peu sensibles au courant. Leur forme effilée leur permet de lui faire face sans trop avoir à ce fatiguer. ce n’est pas le cas de nous, les plongeurs qui à coup de grands coups de palmes pouvont nous approcher.

Banc de poissons grogneurs

On trouve aussi les poissons grogneurs dans les grottes ou sous les surplombs rocheux. A l’abri du courant, ils sont plus aisés à contempler.

Gros plan sur une belle gorgone

De nombreuses gorgones souples étalent leur polypes, ornés de fins tentatules. Elles sont  orientées perpendiculairement au courant afin de capter un maximum de nourriture.

Poisson ange à l'ombre d'une grotte sous-marine

A l’abri dans sa gotte sous-marine, un poisson ange se repose.

Tortue et poisson ange français

Comme dans un tableau, cette tortue et ce poisson ange français volent dans les eaux tièdes mexicaines.

Hippocampe

L’hippocampe est aussi un poisson, mais il n’a pas du tout la même forme que les autres. Il n’a pas d’écailles , son museau est long et il est beaucoup plus sensible au courant. Son unique nageoire est dorsale est très insuffisante pour qu’il s’éloigne de ses repères. Alors il reste là, la queue enroulée à quelques algues en attendant que quelques petites proies passent à sa portée.

Groupe de sabelles

Ces jolies plumes sont des vers, des sabelles, qui déploient leurs panaches de branchies dans le courant. Elles leurs servent à respirer et à se nourrir.

Poisson ange royal

Ce poisson ange royal est bien immobile le long du tombant rouge d’éponges. Il est en train de se faire nettoyer les branchies par un petit  poisson, jaune et bleu.

Ambiance sous-marine Mexique

Quel beau bouquet ! Coraux mous et éponges se disputent le territoire. Pourquoi ?

Ce sont tous des animaux filtreurs et à l’affut des particules en suspension. Ce rocher, reste de coraux, bien placé dans le courant constitue une place de choix.

Carangue

Cette carangue est un prédateur qui rode au dessus du récif. Elle est de la même famille que le thon. Sa chair est délicieuse.

Barracuda

Pas très sympatique, ce barracuda. De toute façon, je n’en ai jamais vu un très souriant . Ah!Ah! Et quelles belles dents !

 


Mes albums récents

  • Album : CRÉATIONS MARINES
    <b>Creation-marine-3</b> <br />
  • Album : Orchidées d'Europe
    <b> orchis purpurea</b> <br />
  • Album : Mes patchworks sous-marins
    <b>tortue 55x60 </b> <br />

Catégories


TOP à l'Ouest ... The parad... |
divagations du coq et du ta... |
BOULBY & MOULFY IN NZ 2... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 19.000 km plus tard
| olivier au mexique
| pirisa s'évade