LES EPONGES

LES EPONGES

NS Eponge Martinique 1

 

« L’éponge végétale », ça n’existe pas !

Les éponges ressemblent à des végétaux mais ce sont des animaux très simples et primitifs. Elles sont immobiles et leur strucuture est unique parmi les invertébrés. Elles n’ont pas d’organes définis. Elles se nourrissent par filtration.

L’éponge  entretient un courant d’eau à travers un système de canaux qui la traverse à l’aide de cellules ciliées spécialisées. Ce courant d’eau apporte à l’éponge les nutriments nécessaires. Les déchets sont évacués par l’orifice principal, l’oscule. Il est en relation avec des pores, petits orifices situés sur la surface de l’éponge.

Les cellules reposent sur une matrice gélatineuse supportée par une charpente ou squelette comportant des spicules calcaires ou siliceux. La matrice peut être fibreuse et s’appelle la spongine.

Différents spicules d'éponge

Les éponges sont dépourvues de tube digestif, d’appareil sensitif ou de système nerveux. Le modèle de base est une urne constitué d’une cavité centrale entourée par la paroi percée de pores.

Schéma d'une éponge

Les couleurs, parfois vives, sont dues à la présence dans leurs tissus d’algues, les cyanobactéries. Les éponges plus évoluées possèdent une paroi interne plissée qui lui permettent d’augmenter l’efficacité du système de filtration.

Les formes des éponges sont variées : en forme de rameaux ou d’urne dans les endroits calmes et abrités, arrondies ou applaties dans les zones battues par les vagues.

Les éponges se retrouvent dans toutes les mers et à toutes les profondeurs. Elles sont composées de cellules spécifiques qui constitue une charpente. Celle-ci est soutenue par un squelette de spicules soit calcaires, soit siliceux.

On les trouve sur les substrats durs, tombants, pierres, corail, coquillages… Elles s’associent avec d’autres animaux. de nombreuses anémones trouvent refuge dans leurs pores. Certains mollusques se recouvrent d’éponges pour échapper à leurs prédateurs. elles vivent associées à certaines bactéries, les cyanobactéries qui leurs donnent leur couleur et participent à certains échanges chimiques.

La reproduction peut être asexuée et l’individu se reproduit par bourgeonnement, ou sexuée. Certains éponges sont hermaphrodites, d’autres ont des sexes séparés. Les éponges émettent les gamètes males et femelles dans la mer de manière synchrone à l’aide de signaux chimiques. Les éponges femelles, émettent des ovocytes en grappe par leurs oscules. Les cellules restent accrochées à l’éponge par un filament de mucus. Les éponges mâles émettent des spermatozoïdes en forme de nuages très denses. La fécondation a lieu dans l’eau.

Les éponges hermaphrodites renferment des cellules sexuées males et femelles. La fécondation se déroule à l’intérieur de l’éponge et donne naissance  une larve ciliée qui mène une brève existence planctonique avant de se fixer.

La nourriture des éponges est constituée d’algues, de petits animaux  planctoniques ainsi que de détritus.

Les éponges possèdent un très fort pouvoir régénérateur. Les cellules d’un individu écrasé se regroupent afin de reformer un  nouvel individu. Il faudrait écraser toutes les cellules d’un individu pour empêcher qu’il se reconstitue.

Les éponges peuvent héberger de nombreux animaux qui se fixent ou se réfugient dans les pores ou dans les canaux intérieurs.  

Dans les zones polluées, la majeure partie des espèces sous-marines a disparue mais les éponges subsistent. En tant qu’animaux peu évolués, elles ont su s’adapter à de nombreuses situations environnementales. Elles sont alors de petite taille et plus ternes. Si les particules en suspension sont trop importantes, elles peuvent obstruer les pores et causer la mort de l’éponge.

Eponge Axinella damicornis

L’éponge Axinella damicornis de couleur orangé vit dans les eaux calmes et peu profondes de Méditerranée. Ses pores sont souvent colonisées par de petites anémones de la même couleur (Parazoanthus axinellae). Les anémones profitent d’un courant d’eau entretenu par l’éponge et d’une place de choix alors qu’elle renforce la solidité de la strucutre de l’éponge.

Cette association qui apporte un bénéfice aux deux partenaires est une symbiose.

Eponge Crambe crambe

Crambe crambe est une éponge encroutante rouge orangé très commune en Méditerranée. Les canaux et les oscules sont très visibles.

Eponge Xestospongia Guadeloupe, 1993

Xestospongia muta est une grande éponge typique des eaux Caraïbes. Elle peut atteindre 1,5 m de haut et 1 m de circonférence. Elle sert d’abri à diverses espèces comme les crabes en particulier la nuit.

Eponge Aplysina aerophoba, Méditerranée

Aplysina aerophoba est une éponge jaune vif qui vit dans les eaux peu profondes de Méditerranée. Elle atteint 10 cm de haut et vit posée sur le fond ou au plafond des grottes.

Eponge Aplysina fistularis

Aplysina fistularis vit dans les eaux Caraïbes. Elle forme de grands vases jaunes de 30 à 50 cm de haut.

Eponge Acanthella acuta

Acanthella acuta est une éponge épineuse orange aux papilles conique qui fait penser à un cactus.

0 commentaire à “LES EPONGES”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Mes albums récents

  • Album : CRÉATIONS MARINES
    <b>Creation-marine-3</b> <br />
  • Album : Orchidées d'Europe
    <b> orchis purpurea</b> <br />
  • Album : Mes patchworks sous-marins
    <b>tortue 55x60 </b> <br />

Catégories


TOP à l'Ouest ... The parad... |
divagations du coq et du ta... |
BOULBY & MOULFY IN NZ 2... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 19.000 km plus tard
| olivier au mexique
| pirisa s'évade